Phobie, anxiété, dépression

ANXIETE ET PHOBIE ABORDÉES PAR L’HYPNOSE

 

L’être humain est un être en relation et en interaction avec son environnement intérieur et extérieur. Il se modifie en permanence de façon visible (l’enfant qui grandit, le vieillissement) mais aussi de façon imperceptible. La personne traverse des épreuves, des deuils, des échecs et de belles réussites. La pathologie survient quand il y a un blocage face à ces processus de changement. La personne ne parvient plus à s’adapter aux situations présentes. Elle développe de l’anxiété, des ruminations, des culpabilités et  ressent beaucoup de souffrances.

Comment alors aborder les phénomènes anxieux?

 

En écoutant les patients pour comprendre ce qu’ils vivent : anxiété simple, trouble anxieux généralisé, phobie, attaque de panique, état de stress post-traumatique …

 

Le temps présent.

 

Les personnes qui présentent un problème d’anxiété ont  des difficultés à vivre le présent.

Ils sont, soit dans l’anticipation négative de l’avenir, soit dans la remémoration des évènements noirs du passé. C’est d’ailleurs une plainte fréquente en consultation : “je ne vis pas le présent, je n’arrive pas à profiter de l’instant présent…’’.

Les anxieux sont dans un contrôle désespéré du temps : plus ils essaient de maitriser le temps, moins cela marche; et plus cet échec les rend anxieux : en thérapie ils viennent apprendre à renoncer à vouloir, à attendre une réponse à toutes leurs questions. Apprendre à dire non, à se poser, à ne rien faire, à prendre le temps de faire ce qu’ils sont en train de faire dans le moment présent.

 

La seule manière de vivre le présent, d’être au présent, passe par l’attention au corps, l’absorption complète dans la sensorialité et dans ce qu’on est en train de faire, bref tout ce qui caractérise la transe hypnotique.

 

Une patiente m’est envoyée par une psychiatre pour une arachnophobie ancienne très invalidante puisque, habitant la campagne, elle ne peut ouvrir les fenêtres, reste cloîtrée chez elle et n’en sort que pour aller travailler. Elle ne peut même pas prononcer le mot araignée. Cette femme a peur de tout, elle a peur de la vie.

 

A la fin de la séance elle est restée silencieuse un moment et m’a dit : «je ne peux nier ce qui s’est passé, c’est quelque chose que j’ai ressenti… une expérience ».A la rentrée de septembre elle m’a dit qu’elle était partie en vacances avec son mari, ce qui n’était pas arrivé depuis des années et que cela s’était bien passé. Sa phobie des araignées avait complètement disparu.  Elle arrivait à sortir de chez elle un peu plus et sa professeure de chant lui avait dit que sa voix avait changé.

 

MANQUE DE CONFIANCE

 

Deux  autres problèmes fréquemment rencontrés dans l’anxiété sont le manque de confiance en soi et l’obsession du résultat immédiat .Ceci est également lié au contrôle que ces personnes veulent avoir.

Les personnes anxieuses veulent aussi, un résultat immédiat avant d’avoir commencé les choses et oublient les étapes intermédiaires : si les enfants s’arrêtaient de marcher la première fois qu’ils tombent, personne ne marcherait.

 

Un homme de 60 ans est suivi depuis 30 ans pour un état de stress post-traumatique (décès de son petit frère dans des circonstances dramatiques). Il se sent coupable de ne pas avoir pu le protéger. Je lui demande juste de reconnaitre son impuissance totale  à éviter ce drame et de dire à ce petit frère ce qu’il a envie de lui dire. Il peut lui dire au revoir. Lors d’une consultation suivante il me dit qu’il est plus calme et ressent un apaisement et un peu plus tard qu’il a commencé à ranger son atelier et qu’il a de nouveau envie de chanter. L’amélioration  est confirmée par son entourage.

 

La projection dans le futur au moment où le problème n’existe plus permet aussi de supprimer l’anxiété d’anticipation.

 

TIMIDITÉ – PHOBIE SOCIALE

 

Une jeune fille qui se décrit comme très timide et qui souffre de phobie sociale, vient car elle doit chanter en solo lors d’un concert et elle appréhende cette soirée. La visualisation de cette soirée sous hypnose lui permet de réussir brillamment et calmement sa prestation.

 

PEUR DU VIDE.

 

L’écoute attentive de ces patients montre que ces personnes ont horreur du vide et le manifestent de différentes façons : vertige, agoraphobie, hyperactivité, entassement d’objets …

 

Un jeune homme vient me voir sur les conseils de la psychiatre de l’hôpital qui le suit depuis plusieurs années pour une agoraphobie sévère. Il peut à peine sortir de chez lui pour venir jusqu’à mon cabinet. Les ressources sont à l’intérieur de lui et la solution n’est plus à rechercher à l’extérieur. Après la séance d’hypnose, il est plus calme et peut commencer à circuler en ville.

Il est aujourd’hui autonome et  se déplace même, en avion, à l’étranger pour son travail.

 

RETROUVER L’ÉQUILIBRE

 

Pratiquer l’hypnose c’est prendre en compte la globalité de ce qu’est le patient, la vie qu’il a eue  jusqu’à ce jour, celle qu’il a aujourd’hui, les liens qu’il entretient avec ses proches et tout son contexte social et professionnel.

La maladie peut être vue comme un déséquilibre se manifestant à un endroit quelconque du corps et qui affecte le patient dans le fonctionnement de celui-ci et dans sa manière d’être au monde et en relation avec autrui. L’hypnose permet au patient d’être acteur et de restaurer cette fluidité.

 

A lire :

HYPNOSE-TOI TOI-MEME. L’autohypnose, l’expérience de la liberté. JM Benhaiem, éd. Flammarion.